REFUGE de l'ANGOUMOIS - SPA de MORNAC en Charente. SITE INTERNET OFFICIEL

Pour retrouver tous nos animaux suivez le lien http://www.refugedelangoumois.fr
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

La corrida Bandea10
Partagez
 

 La corrida

Aller en bas 
AuteurMessage
Lea16



Messages : 346
Date d'inscription : 23/01/2014
Age : 17
Localisation : Charente

La corrida Empty
MessageSujet: La corrida   La corrida EmptyLun 14 Juil - 14:11

La Corrida

Enquête sur un «spectacle» sanglant mais légal en France.
Pourquoi cette tradition vieille de 4 siècles doit être abolie.

"La corrida, ni un art, ni une culture; mais la torture d'une victime désignée". Voilà ce qu'écrivait Émile Zola il y a plus d'un siècle. Le temps n'y a rien changé: les mises à mort des taureaux sont toujours là, ardemment défendues par leurs aficionados. De leur côté, les défenseurs de la cause animale n'y voient rien d'autre qu'une pratique barbare.

Savez vous qu'en France, des école taurines apprennent à certains enfants les mises à mort des taureaux? Certains événement leur sont dediés comme la Féria des enfants à Nîmes ou la Feria de los ninos à Arles? Ils s'entraînent sur des petits veaux qui hurlent à la mort de douleur et pour appeler leur mère...


- Qu'est-ce que la corrida?

Les origines de la corrida restent mystérieuses. Il n'est pas aisé de dater précisément son apparition. Les histoires s'accordent à dire qu'elle est née en Espagne. La première course de taureaux connue s'est déroulée en l'an 815, lors des fêtes royales données par Alphonse II des Austries. Ces «jeux de toros» sont très populaires dans la péninsule ibérique (qui met à profit dans ce cadre ses nombreux troupeaux de taureaux sauvages). À partir du Moyen-Âge, ils évoluent, se codifient, et deviennent des rituels de jours de fête. La tauromachie à cheval fait également son apparition, mais elle est réservée aux nobles. Avec le temps, les discret toreros à pied (dont la tâche originelle était de positionner le taureau convenablement pour les cavaliers à l'aide d'une cape) gagnent l'affection du public et, de fil en aiguille, la corrida moderne apparaît.

La tauromachie vient du mot grec «tauros» (taureau) et «mâche» (combat). La corrida tel qu'on la connait est arrivée pour la première fois en France le 17 Janvier 1701 à Bayonne, lors des festivités organisées en l'honneur de Philippe V d'Espagne. C'est également la municipalité de Bayonne qui, la première, prend l'initiative de «clôturer la corrida» en 1757 dans des enceintes (des places publiques fermées à l'aide de barrière ou de charrettes) qui sont les prémices de leurs tenues dans les arènes. Eugènie de Montijo, l'épouse de Napoléon III, était passionnée par "la corrida à l'espagnole". La haute société d'alors se pressait à ces "spectacles" afin de se faire bien voir par l'impératrice. Rappelons qu'à cette époque, les combats de Fauves existaient encore ; le dernier, opposant un tigre et un taureaux, eut lieu le 24 juillet 1904 dans une cage à Saint Sebastien.

La corrida est un "spectacle" méticuleusement choregraphié où le hasard n'a pas sa place. Ses principes modernes auraient, selon les contributeurs de Wikipédia, été inventés en 1725 par un charpentier espagnol du nom de Francisco Romero qui, à la fin d'une course, aurai demandé l'autorisation de tuer lui meme le taureau: après l'avoir fait charger trois fois dans un leurre en tissu, il l'aurai achevé à l'aide de son épée, faisant naître le mythe de matador qui ne dispose "que de l'épée et de la muleta (petite cape rouge) pour affronter le taureau". Précisons que ces "maestros" sont aujourd'hui adulés par le public et que les mieux payés d'entre eux pensent gagner jusqu'à 300 000 par corrida, comme l'indiquait le figaro du 18 septembre 2008 : "La strar du moment, José Thomas, exige un contrat de 300 000€. Un matador de renom, comme l'espagnol El Juli, peut empocher pour lui et son équipe (picador, banderillero, ect.) jusqu'à 120 000€."

LA SUITE PROCHAINEMENT.
Revenir en haut Aller en bas
bilou



Messages : 428
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 58
Localisation : la couronne

La corrida Empty
MessageSujet: la corrida   La corrida EmptyVen 18 Juil - 12:18

léa, je te fais un envoi par mail.
Revenir en haut Aller en bas
Lea16



Messages : 346
Date d'inscription : 23/01/2014
Age : 17
Localisation : Charente

La corrida Empty
MessageSujet: Re: La corrida   La corrida EmptyVen 18 Juil - 12:19

Oui j'ai répondu Smile
Revenir en haut Aller en bas
Corinne

Corinne

Messages : 5021
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 56
Localisation : magnac sur touvre

La corrida Empty
MessageSujet: Re: La corrida   La corrida EmptySam 19 Juil - 10:04

Revenir en haut Aller en bas
Lea16



Messages : 346
Date d'inscription : 23/01/2014
Age : 17
Localisation : Charente

La corrida Empty
MessageSujet: Re: La corrida   La corrida EmptySam 19 Juil - 13:54

Oui c'est justement celle-ci que Brigitte m'a envoyé Wink et que j'avais déjà signer parmis de nombreuses autres!
Revenir en haut Aller en bas
Lea16



Messages : 346
Date d'inscription : 23/01/2014
Age : 17
Localisation : Charente

La corrida Empty
MessageSujet: Re: La corrida   La corrida EmptySam 19 Juil - 14:56

DÉROULEMENT

Tout commence à midi, avec le "sorteo" (la répartition des toros entre les matadors par tirage au sort selon un rituel milimetré, chacun s'en voyant attribué deux, car dans la corrida traditionnelle il y a trois matadors qui toréent six taureaux). La corrida débute ensuite par le "paséo", le defilé de tous les participants (matadors, peones, picadors, areneros, ...) qui paradent en se plaçant d'une façon définie par leur ancienneté. C'est ensuite le moment de la "lidia", le combat, et son protocole immuable composé de trois parties : d'abord, le "tercio de piques" au cours duquel le matador effectue des passes de capes pour "évaluer" le taureaux. Chaque passe à un nom ("véronique", "chicuelina", "gaonera", ect.) et une technique d'exécution précise. Arrive ensuite le picador (dont les assistants sont appelés les "monosabios" soit "singes savants"), monté sur un cheval, qui pique le taureaux avec des lances longues de 2,60 mètres. Le but de la manipulation est "d'évaluer la bravoure du taureaux", mais aussi d'affaiblir ses muscles pour le force à baisser la tête pendant le reste du combat. Le règlement de la corrida impose un minimum de deux "piques", mais pas de maximum. On passe ensuite au "tercio des banderilles". Là, il s'agit de planter dans le "morillo" (le musclé situé à la base du coup du taureau) des banderilles : des bâtons très colorés de 80 cm de long qui se terminent par un harpon de 4 cm. En general, trois paires sont "posées" : elle font perdre beaucoup de sang au taureau, ce qui l'affaiblit considérablement afin de faciliter la mise à mort. Si le taureau est jugé "peureux", qu'il fuit le matador, lui sont alors posées dans banderilles noires (dont le harpon est plus long) et qui sont une marque "d'infamie". Vient ensuite le dernier "tercio", celui de la mise à mort. Au cours de celui-ci, le matador effectue des passes (là encore précisément définies) avec sa muleta pour "préparer le taureau à la mort". Puis, c'est "l'estocade" avec l'epée. Il existe 3 manière de l'infliger: "al volapie" (le matador se jette sur le taureau alors que celui-ci est immobile face à lui) ; "a recibir" (le matador reste immobile et déclenche la charge du taureaux) et "al encuentro" (où l'homme et l'animal font chacun la moitié du chemin). La besogne effectuée, un peone donne le coup de grâce au tauro avec une "puntilla" : un poignard qu'il lui enfonce dans le crâne... sous les acclamations du public! Le matador est ovationné. Suivant la qualité de sa "prestation", des trophées lui sont accordés: le Président de la corrida, à l'aide des mouchoirs, indique si lui sont accordées une oreille, deux oreilles, ou, récompense suprême, la queue, qui sont coupées sur la dépouille du taureau. C'est alors qu'entre en scène le funeste "train d'arraste", l'attelage des mules chargé de trainer le corps sans vie hors de l'arène (sachant que comme le révèle le film Alinéa 3 de Jérôme Lescure, dans un cas sur trois, le taureau est toujours vivant lorsqu'il est traîné hors de l'arène). Enfin un taureau peut très exeptionnellement être gracié. Dans ce cas-là, au mieu, il l'art finir ses jours en tant qu'etalon dans un élevage de taureaux "de combats", au pire, il est tué moins du regard du public car trop atteint par les blessures qui lui ont été infligé sur la piste.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La corrida Empty
MessageSujet: Re: La corrida   La corrida Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La corrida
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Corrida
» Bientot la corrida abolie??Attention, images pouvant choquer.
» Corridas: LA REALITE!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REFUGE de l'ANGOUMOIS - SPA de MORNAC en Charente. SITE INTERNET OFFICIEL :: Papotages-
Sauter vers: